Blogue


La fois où j’ai connu Allaitement Québec

J’ai eu la chance de connaitre l’organisme au moment où il aménageait dans ses magnifiques locaux actuels situés sur la 71e rue à Charlesbourg. Après plusieurs mois d’étroites collaborations professionnelles, un beau lien de confiance voire d’amitié s’est installé entre les salariées et moi. Elles étaient au courant de mon projet « bébé en construction », elles ont vu ma bedaine (et tout ce qui vient avec) grossir et elles ont su répondre à toutes mes questions liées de près ou loin à l’allaitement futur.

Faut dire que j’étais prédestinée à une belle histoire lactée puisqu’avant l’accouchement, il m’est arrivé une drôle d’aventure :

Une nuit où mon chéri a trouvé sommeil plus tard que moi et qu’il a voulu se glisser tout doucement à mes côtés sous les chaudes couvertures, semi-endormi il s’est exclamé : « Ben voyons donc, c’est mouillé sur le drap ! ». Tout en allumant la lampe de chevet, nous rions jaune de la situation légèrement gênante. Une flaque de lait avait profité des bras de Morphée pour sortir de mon corps !!! C’est à ce moment précis que mes seins fortement soutenus par un écoulement de colostrum m’ont fait une grande demande: Ils avaient désormais besoin de compresses d’allaitement et ce, 2 mois avant ledit allaitement !

Vous comprendrez que le lendemain matin, je suis montée en courant au 2e étage… C’est sûr qu’avec ma bedaine de 7 mois de grossesse, ma démarche de canard et mon essoufflement inhabituel, courir est un bien grand mot. En tout cas… dans ma tête, je courais bon ! Je suis allée poser LA première question d’une série de 152 :

« Mes seins ont le goût d’allaiter… chu tu en train d’accoucher prématurément pis je le sais pas ??? »

J’avoue qu’avec ma « grande connaissance » en bio-gestation, la gêne de poser une question stupide s’est mêlée à l’angoisse de comprendre les signes envoyés par mon corps…oui j’ai presque changé d’idée. J’aurais pu facilement inventer une raison professionnelle « urgente » qui explique ma façon de débarquer chez Allaitement Québec avant mon premier café mais j’ai osé !!! Je l’ai posée ma question de fille inexpérimentée.

Et j’ai tellement bien fait! On ne m’a pas jugée sur mes interrogations. Bien au contraire, j’ai eu droit à une réponse rassurante, respectueuse et ce, avec un sourire sincère en prime ! Ces filles allaient devenir mes références préférées pour toutes mes questions, conseils et anecdotes à partager.

Peu importe si nous avons allaité 2 tétées ou 2 ans, nous avons toutes en commun des souvenirs forts en émotions et de savoureuses histoires. Rappelez-vous …

  • Tout simplement : la première tétée !
  • Le grrrand moment de découragement…
  • Oups ! le beau malaise en public
  • Allo-l’égo ou la fierté de donner le meilleur!
  • Bizareee… les commentaires parfois étranges de l’entourage
  • Ooonnn… Le (ou les) grand moment de tendresse où on voudrait arrêter le temps

Avouez… L’allaitement c’est parfois beaucoup plus émotif que physique, non ?

Mon parcours lacté avec Coco aurait été drôlement différent si les filles d’Allaitement Québec n’avait pas croisé le chemin de ma vie. Merci !!! Et vous, racontez-moi votre histoire !